AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes tellement heureux d'avoir des membres comme vous, en or massif ♥ N'oubliez pas de poster sur le sujet Bazzart pour avoir des nouveaux camarades de jeu ici

Partagez | .
 remember when (boryl)
RUN BOY RUN
avatar
know mesocial book
LA SOULMATE : ma main, toi, lui, elle.
MAUDIT DEPUIS LE : 03/06/2014 BOMBES ENVOYÉES : 39 MERCI À : goldness. TA FACE : hnh.

Feuille de personnage
to-do-list:
rp en cours:
vos liens:
MessageSujet: remember when (boryl)   Mer 11 Juin - 17:40

meryl & bo
i wish we could go back to san francisco
j'ai distribuer le journal toute la matinée. ça n'a pas pris beaucoup de temps. je m'étais dépêché à clamer et agiter le papier imprimé sous les yeux avides des habitants. moi, j'm'en foutais, j'avais déjà lu les nouvelles. enfin, plus des ragots que des nouvelles vraiment. si on aurait des nouvelles, alors on saurait pourquoi nous ne pouvons quitter ojai. pourquoi ? telle est la question que je me ressasse depuis plusieurs mois maintenant. cela semble si ridicule d'avoir cru la vieille peau avec ses histoires de malédiction. depuis quand je laisse quelqu'un s'insinuer de cette manière dans mes croyances ? jamais. mais elle avait réussi à me convaincre, à nous convaincre, meryl et moi. alors, oui, je doute qu'elle n'ait dit toute la vérité. je doute que ce soit une malédiction à la con qui nous enferme dans ce village pourri. je ne sais pas le pourquoi du comment, mais il doit bien y avoir une raison. alors j'me dépêche de bosser et je rentre à la maison et je pense. voilà à quoi ressemblent mes journées à présent. cette histoire m’obsède et je ne peux m'y détacher que lorsque les autres habitants reviennent au foyer, quand je ne suis plus tout seul. quand j'arrivai à la maison, meryl n'était pas présent. d'ailleurs, elle était vide. qu'avait-il bien pu aller faire à cette heure de la journée ? il est midi passé, peut-être est-il allé s'acheter à manger... je m’inquiétai beaucoup trop pour lui. normal qu'il ait une vie en dehors des heures où nous nous côtoyons. un oubli de ma part. nous étions si proches. et maintenant... disons que je n'aime pas le fait qu'il puisse devenir heureux à ojai. ça m'effraye même. quelque chose cloche et meryl ne le voit. j'ai peur pour lui. je m'asseyai à la table en bois. je m'y était habitué, à manger, dormir, travailler avec du matériel vintage. dieu, internet m'a manqué! parfois, il m'arrive de penser au passé et... un poids sur le coeur apparut et je soupirai. le passé. parlons-en du passé. mais avant tout, un verre de cognac ne serait pas de refus. je le vidais aussi rapidement que je l'avais rempli. j'en bus trois verres. le passé. san francisco. la caravane de papa et maman. notre road trip avec meryl. comment oublier ? comment rester insouciant quand le flot d'image jaillie dans votre tête ? quelque chose ne va pas. je grattais rageusement le bois, le regard vide. et puis la porte s'ouvrit. je sursautais. je commençais un peu à flotter, avec l'alcool. je n'ai plus l'habitude d'en boire autant. quand je vis meryl sur le seuil, mon coeur se pinça. je baissais la tête. trop de doute et de frayeur en une journée, alors je décidais de l'ignorer.


Dernière édition par Bo Hemingway le Jeu 12 Juin - 5:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RUN BOY RUN
avatar
know mesocial book
LA SOULMATE : Pas la main, le contact humain c'est tellement mieux... Et célibataire
MAUDIT DEPUIS LE : 09/06/2014 BOMBES ENVOYÉES : 41 MERCI À : laughinearlydied, que l'on applaudit tous très fort ! *clap clap* TA FACE : Isaac Carew. Tu connais pas ? Moi non plus !
MessageSujet: Re: remember when (boryl)   Mer 11 Juin - 19:21



La tête dans les nuages. C'est certainement le meilleur moyen de qualifier mon état, dans la seconde. J'avais fini de travailler tôt ce matin, avant que Bo aille faire la tournée de distribution. Chacun son boulot ! Mais une fois terminé, je n'ai pas eu envie de retourner au foyer. Après tout, qu'allais-je y faire ? Rien, j'allais attendre que Bo rentre, histoire qu'on passe le reste de la journée ensemble. Mais j'avais aussi envie de découvrir la ville plus en profondeur, et ce matin, j'ai franchis le pas. J'ai marché, sans même savoir où j'allais, laissant mes pas me porter. J'ai marché une bonne heure, avant de me rendre compte que j'allais me perdre plus qu'autre chose. Du coup, une seule solution vint s'inscrire dans mon esprit : Khaleesi. J'avais rencontré cette femme il y a peu, et j'apprecie énormement sa compagnie. Surtout quand elle m'emmène en expédition, pour découvrir quelques petits coin d'Ojai.

Elle semble bien connaitre la ville, et si je peux en profiter aujourd'hui, je ne vais pas hésiter ! Du coup, je pars la chercher, allant directement à son domicile en espérant la trouver. Et elle fut sur place ! Un sourire s'inscrivit sur mes lèvres lorsque je l'entendis accepter ma demande, et je lui promis même de lui offrir une glace si elle le souhaitait. Tu m'accompagnes jusqu'au phare ? Oui, une envie. On m'en avait parlé, et j'ai vu quelques photos dans la ville... J'avoue que du coup, j'avais envie de monter au sommet, et pourquoi pas sauter depuis le haut ! Si Khaleesi était d'accord pour le faire avec moi, hors de question que j'y aille tout seul ! J'en étais capable, mais c'était beaucoup moins drôle en tout cas. Après une bonne demie heure de marche, nous arrivons devant le monument, et quelques minutes plus tard, nous sommes en haut. Je m'allonge au sol, regardant les nuages passer, les jambes dans le vide. Je suppose que c'est interdit, mais je m'en fiche. J'aime cette liberté.

Par contre, l'air qui nous frappe en haut n'est pas très chaud, et rapidement, j'ai carrément froid. Je ne sais pas l'heure qu'il est, mais je me dis que je ferais quand même mieux de manger, surtout que je commence à avoir un petit creux. Je raccompagne mon accompagnatrice et guide jusqu'à un petit fast food où l'on peut commander à emporter, lui paye même un repas, et la remercier encore une fois avant de partir vers mon habitation. Je suppose que Bo est déjà chez nous, et ça me fait accélérer un peu le pas, c'est vrai. Je ne passe jamais autant de temps sans lui d'habitude, surtout que là, ça faisait... Et bien, une demie journée, voir plus ! J'ai ouvert la porte, et suis entré, souriant en voyant mon meilleur ami assit à la table en bois. Salut Bo ! J'ai ramené à manger ! Parce que ouais, j'ai ramené pour lui aussi, au cas où il n'avait pas encore mangé. Je pose le repas devant, mais pas de réaction. Bon...

Du coup, je vais m’asseoir en face de lui, et commence mon repas tout en commençant à parler, Bo n'étant apparemment pas disposé à le faire. Je suis allé au phare aujourd'hui, c'est hyper beau. Tu veux pas qu'on aille y faire un tour un soir ? Je suis sûr que ça doit être génial avec des étoiles... et puis on pourrait même prendre une couverture et camper là-haut ? ça te tente pas, une petite aventure comme ça ? Je relève la tête, et voit un détail qui m'avait échappé jusqu'à maintenant : le verre qui se trouve devant lui. Et à en juger ses yeux, ça ne devait pas être du soda... Bo, tout va bien ? Question idiote. Du coup, je m'inquiète. toujours, quand il s'agit de ce mec. J'vais dire ça autrement : qu'est-ce qu'y va pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RUN BOY RUN
avatar
know mesocial book
LA SOULMATE : ma main, toi, lui, elle.
MAUDIT DEPUIS LE : 03/06/2014 BOMBES ENVOYÉES : 39 MERCI À : goldness. TA FACE : hnh.

Feuille de personnage
to-do-list:
rp en cours:
vos liens:
MessageSujet: Re: remember when (boryl)   Sam 14 Juin - 5:58

l'ignorer me ferait moins mal au coeur. meryl est mon meilleur ami, ma soulmate si l'on peut dire mais plus en amitié. évidemment, il nous arrive parfois de laisser cours à nos désirs les plus forts. coincés dans ce village pourri, on n'a pas trop le choix. y'a des meufs, et des belles, comme kal par exemple. on ne se prive pas, mais y'a toujours des moments où l'on est vulnérable et on a besoin l'un de l'autre. dans ces instants, on ne résiste pas à la tentation de se rassurer par des caresses électrisantes. je frissonne à certaines images qui apparaissent dans ma tête. mais je continue de fixer le bois de la table qui s'effrite lentement aux cours des années passées. je ne relève la tête que lorsque meryl pose un sac blanc, sûrement quelque chose à bouffer, devant moi. tout d'un coup, le regret de l'avoir ignoré monte en moi aussi rapidement qu'une flèche. j'envisage de lui jeter un coup d’œil et esquisser un petit sourire. un remerciement bien trop discret pour que meryl ne le remarque. et ça ne fait qu'amplifier cette sensation d'abandon qui me taraude depuis que je suis ici. le pire, c'est qu'il me raconte sa petite virée en ville. j'ai peur. j'ai peur pour lui, j'ai peur des gens qu'il rencontrerait et avec qui il se lierait d'amitié. je suis peut-être paranoïaque mais je ne peux pas m'empêcher de penser ainsi à son égard. je l'aime trop pour ne pas y prêter attention et vivre comme si de rien n'était. il a remarqué mon état... d'ivresse et de mauvaise humeur. bo, tout va bien ? je me masse nerveusement le front. est-ce que j'ai envie d'en parler avec lui ? non, je ne suis pas encore prêt. si je le fais, toute cette colère se déchainera et je pourrais dire des choses de non-retour. je me lève brusquement, en prenant bien soin de prendre la bouteille d'alcool et me tourne dos face à meryl. peut-être sera-t-il enclin à ne pas me poser trop de questions sur mon état actuel. je bois une gorgée au goulot. dieu, ça fait du bien. toujours nerveux et un peu tremblant, je me masse la nuque. qu'est-ce qu'y va pas ? la question de trop. je ne peux pas tourner autour du pot trop longtemps. je dois vomir les pensées qui me donnent la nausée. je me retourne. j'explose de l'intérieur. je lâche un petit rire qui n'a rien d'amusant. qu'est-ce qui va pas ? je m'avance vers lui, lentement, comme un prédateur, alors que je ne suis là que pour le couver, le protéger, en réalité. qu'est-ce que t'as foutu pendant que je t'attendais hein ? t'es allé te promener! parce que maintenant ojai c'est un foutu parc de disneyland ? tu t'amuses bien, mais tu devrais pas! je le pointe du doigt. je vais regretter mes paroles incendiaires, je le sais, mais c'est plus fort que moi. j'ai vu ce qu'est réellement cette ville, et lui non, et ça me brise de le savoir à la merci de ces habitants débiles -du moins certains habitants. je me retourne une seconde fois et boit une autre gorgée. ça me pique le nez et la gorge. je dois puer le cognac. mais rapidement, une sensation de non-réalité s'installe, comme je vis dans un rêve et que je crains plus rien. ma tête tourne et mes yeux sont de moins en moins attentifs. tu... tu dois pas faire ça meryl. reste-loin d'eux! ils n'ont rien compris. ils sont cons et supersticieux et bientôt peut-être que tu deviendras comme ça. c'est ça ? tu veux devenir con et superstitieux ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RUN BOY RUN
avatar
know mesocial book
LA SOULMATE : Pas la main, le contact humain c'est tellement mieux... Et célibataire
MAUDIT DEPUIS LE : 09/06/2014 BOMBES ENVOYÉES : 41 MERCI À : laughinearlydied, que l'on applaudit tous très fort ! *clap clap* TA FACE : Isaac Carew. Tu connais pas ? Moi non plus !
MessageSujet: Re: remember when (boryl)   Sam 14 Juin - 17:31



J'ai mal, au plus profond de moi. C'est une douleur qui vient depuis les entrailles, et qui pourrait presque me plier en deux si cette douleur était réelle, et non totalement psychologique. Malheureusement, plus j'y pense, et plus la douleur se fait ressentir, créant quand même une boule au creux de mon ventre. Je déteste le voir quand il n'est pas bien. Je n'aime pas le voir triste, ou alors déprimé. C'est quelque chose que j'ai toujours eu du mal à supporter, depuis que nous nous sommes rencontrés. Tellement qu'avant, je faisais tout pour qu'il garde ce sourire que j'aime tant sur ses lèvres. Mais voilà, depuis que nous étions dans cette ville, c'était devenu beaucoup plus difficile. Il déprimait beaucoup plus, et se montrait solitaire, comme il ne l'a jamais été ailleurs dans le monde. Et il met tout ça sur le compte de la ville, ce qui a le don de m'exaspérer en même temps.

Mais voilà, la douleur est là. Je la ressens, à travers l'odeur nauséabonde de l'alcool qui s'élève jusqu'à mes narines. Je plisse d'ailleurs le nez dès qu'il ouvre la bouche, l'odeur se faisant beaucoup plus présente. Et ça m’écœure. J'ai envie de vomir, et je serai incapable de dire si c'est à cause de ce qu'il me dit, ou à cause de l'odeur. qu'est-ce que t'as foutu pendant que je t'attendais hein ? t'es allé te promener! parce que maintenant ojai c'est un foutu parc de disneyland ? tu t'amuses bien, mais tu devrais pas! Je baisse la tête, culpabilisant. D'un coup, je n'ai plus du tout faim, au contraire, la vue de la nourriture me donne un haut le coeur. Je l'éloigne de la main, rapidement. Je ne trouve rien à répondre, et puis de toute façon, il ne m'en laisse pas le temps. à peine sa gorgée bue, il reprend, ne me laissant aucun répit.

tu... tu dois pas faire ça meryl. reste-loin d'eux! ils n'ont rien compris. ils sont cons et supersticieux et bientôt peut-être que tu deviendras comme ça. c'est ça ? tu veux devenir con et superstitieux ? Je passe une main dans mes cheveux, et sort une cigarette d'un paquet qui traîne sur une des tables. Je ne l'allume pas, je n'aime pas le gout des clopes, mais je joue avec entre mes doigts, ça me détend. Fumer me détend. Du moins, c'est ce que je me plais à croire, mais bon... Je regarde le baton passer entre mes doigts, tout en réfléchissant à ses paroles. Se sent-il abandonné ? Surement... Et c'est de ma faute... Je prend mon courage à deux mains, et lui prend la bouteille, maintenant qu'il est tout proche de moi. Je la lance plus loin, tant pis si elle se brise, mais Bo y a assez touché. Ils ne sont pas tous comme tu dis... il y a des gens bien, ils ne sont pas tous comme Rosewood.. Je parle doucement, n'osant pas trop parler, de peur de le mettre en colère.

Je déteste parler de ça mais là, je n'ai pas le choix. je pose mes mains sur son visage, pour le forcer à me regarder, bien que moi même, j'ai du mal à le regarder dans les yeux. Il faut te faire à l'idée qu'on est bloqués ici, et qu'on le restera pour des années, voir pour toute notre vie ! Alors si tu crois que je vais rester au foyer à déprimer alors que je peux essayer de vivre dehors, tu te trompes. Je le relâche, et finit par aller me servir un verre, d'un alcool moins fort que celui de Bo. J'allume aussi la cigarette, espérant qu'elle arrive à me canaliser pour éviter l'explosion. Je ne deviendrais jamais comme eux, tout comme toi. Mais qu'il y a-t-il de mal à vouloir penser à autre chose qu'à notre situation ? Je soupire, et vais me mettre à la fenêtre, pour ne pas infester la maison de fumée. Tu peux tout manger, j'ai pas faim. Je suis juste écœuré en vérité. Et je me demande si parler avec mon meilleur ami alors qu'il est ivre est une bonne idée.. Surtout qu'il m'en veut, et je déteste ça. Je me sens con, et culpabilise de l'avoir mit dans cet état par mes actes involontaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
know mesocial book
MessageSujet: Re: remember when (boryl)   

Revenir en haut Aller en bas
 

remember when (boryl)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» .:' A love to remember... ':. ~ {PV R'hapsody}
» FINLEY JUDAS LEVY-EYNSFORD ⊱ ❝ you jump I jump, remember ? ❞
» 03. Boy, one day you'll remember me !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▸ OCEAN AVENUE :: 3 » ojai :: rosewood avenue :: 23 rosewood ave.-